banniere
bambou_fond

Le Tai Chi Chuan

La légende...

La légende raconte qu’il y a près de 600-700 ans, Chang San Feng vivait au temple de Shaolin.
Il se rendit un matin au Mont Wudang. Là, une grue et un serpent se livraient combat. Il vit que l'oiseau attaquait avec des coups de bec secs et droits tandis que le serpent esquivait par des mouvements souples et sinueux pour ensuite attaquer de façon foudroyante.

Le moine comprit alors que les mouvements circulaires et ininterrompus, étaient préférables aux mouvements rigides et saccadés. Il se rendit compte que la souplesse et la flexibilité l'emportent sur la dureté et la force.
Ayant compris cet enseignement, Chang San Feng créa le Tai Chi Chuan...

image légende

Les différentes pratiques liées au Tai Chi Chuan

Le Tai Chi Chuan (ou Taïji Quan) fait partie des Nei Chia.

Cet art martial interne repose sur la mobilisation et l’harmonisation de l’énergie vitale - le Qi - qui, dans la philosophie taoïste constitue le véritable support de toute la vie. La pratique de Tai Chi sera pour chacun l’occasion d’un retour sur soi et une parenthèse « hors temps » favorisant la détente, la souplesse, la vitalité, l’équilibre émotionnel et l’ouverture de l’esprit.

forme

La pratique de la forme individuelle ou en groupe

Elle est fondamentale. Elle est la base de tout travail ultérieur et elle est à la portée de tout le monde. Elle se traduit par l’étude de l’enchainement des techniques, de mouvements pleins de sens et d’intentions. Ces techniques sont transmises de manière fidèle selon l’enseignement traditionnel du Maitre YANG JUN. On recherche la sensation de tranquillité, de continuité, d’enracinement, de relâchement et d’expansion dans le mouvement.

forme

La poussée de mains ( Tuischou )

maitre

Pratiquée à deux, elle est ludique et enrichissante. Elle permet d’éprouver, de mieux comprendre et d’appliquer les mouvements de la forme dans leur aspect énergétique et martial. C’est aussi un moyen de mesurer notre capacité d’écoute avec un(e) partenaire dans un exercice mobile et évaluer ainsi la qualité des équilibres, le dosage du tonus et la clarté des intentions. La poussée de mains est aussi une approche orientée vers une attention mutuelle (comment se rendre disponible afin de trouver le bon geste…).

Le maniement des armes

forme

Dans le style Yang Traditionnel de façon générale nous divisons les armes en 2 groupes :
- les arme courtes (l’épée à 67 mouvements et le sabre à 13 chants)
- les armes longues (la lance ou le bâton à 13 séquences)
L'arme utilisée est alors le prolongement du corps et sa maîtrise favorise la réalisation de soi. Les armes sont des outils qui permettent d’étendre le Qi jusqu’au bout de la lame…

Les bienfaits du Tai Chi Chuan

Le Tai Chi Chuan (ou Taïji Quan) fait partie des Nei Chia (Arts Martiaux Internes d’origine chinoise). Cet art martial interne repose sur la mobilisation et l’harmonisation de l’énergie vitale, le Qi, qui dans la philosophie taoïste constitue le véritable support de toute la vie. La pratique de Tai Chi sera pour chacun l’occasion d’un retour sur soi et une parenthèse « hors temps » favorisant la détente, la souplesse, la vitalité, l’équilibre émotionnel et l’ouverture de l’esprit.

Le Tai Chi Chuan permet de travailler et d'améliorer diverses compétences à la fois d'un point de vue physique que psychique.

tai chi 6

Le Tai Chi permet d'améliorer d'un point de vue physique :
- les capacités respiratoires et, de ce fait, d'optimiser à la fois la fonction cardiaque ainsi que l'aptitude à l'effort ;
- l'équilibre et le temps de réaction à stabiliser une posture (favorise la mise en place des stratégies posturales et tout particulièrement celle de la hanche) ;
- la force musculaire (stimulation particulière des quadriceps) ;
- la flexibilité du tronc et la souplesse articulaire en général.


La pratique du Tai Chi Chuan rend possible un important travail concernant la conscience de son corps et de ses appuis au sol.

Et d'un point de vue psychique, la pratique apporte :
- une harmonisation et une libération progressive du mouvement et de la respiration ; ce qui a pour effet d'aider à éliminer certaines tensions (l'attention portée à la respiration permet peu à peu que les images et les pensées s'expriment sans que l'on soit envahit par le mouvement intérieur, les émotions) ;
- une détente certaine du fait que le Tai Chi implique une pratique absorbante, obligeant à être bien présent pour soi et à se donner de l'importance ;
- l'estime de soi par une certaine prise de recul quant au chemin parcouru, au nombre de postures mémorisées, à leur réalisation de plus en plus maîtrisée... L'estime de soi étant la source la plus sûre et la plus constante de notre bien-être psychologique ;
- la confiance en soi en apprenant à supporter le regard des autres et à apprivoiser la peur et la gêne qui peut en résulter.
- l'appartenance à un groupe, avec la satisfaction qu'apporte la réalisation de mouvements précis, en harmonie et à plusieurs ;
- un sentiment de liberté et d'autonomie lors d'une pratique en solo.

Le Tai Chi Chuan offre donc la possibilité de se sentir plus présent dans l'instant et d'agir avec stabilité et confiance; chose que l'on peut ensuite élargir à la vie quotidienne, évitant l'agitation et la dispersion au jour le jour.


Pour tirer un maximum d'avantage de sa pratique, il est important de savoir qu'il faut qu'elle soit régulière (2 à 3 fois par semaine).

Tai Chi Chuan Style Yang Chengfu

Zoom sur... Le style Yang Chengfu mains nues

Le style Yang est né dans la province du Heibei, dans le comté de Yongnian.
Il y a environ deux cent ans, Yang Luchan partit à Beijing enseigner à la famille de l’Empereur. Les gens, regardant sa pratique, voulurent apprendre avec lui. Ses mouvements étaient doux, lents et réguliers.

Son style a peu à peu évolué, prenant différentes formes. Depuis la forme originelle dite "Forme Ancienne", vinrent "La petite Forme", "La Forme moyenne" et "La Forme large". "La Forme large" pratiquée aujourd’hui est appelée "Forme Traditionnelle", "Forme 85", "Forme 103" ou encore "Forme 108".
Même si l’appellation est différente, les mouvements restent les mêmes.

On peut remonter la lignée de la famille Yang sur six générations :
- 1ère génération : Yang Luchan qui enseignait la Forme ancienne
- 2ème génération : Yang Jianhou qui enseignait la Forme moyenne
- 3ème génération : Yang Chengfu qui a initié la Forme large. Il a standardisé la forme qui se pratique à travers le monde aujourd’hui.
- 4ème génération : Yang Zhenduo
- 6ème génération : Yang Jun

Yang LuchanYang JianhouYang ChengfuYang ZhenduoYang Jun

Les photos du style Yang Chengfu mains nues

Les horaires ont été modifiés, ils sont téléchargeables à la page documentation


Il est possible d'envisager des cours en entreprise, des cours individuels à domicile, des cours pour des groupes spécifiques, dans chacune des disciplines proposées (tai chi chuan, qi gong, éventail, abdos sans risques) Les tarifs et horaires seront discutés au cas par cas avec l'enseignante.

• Accès à la documentation à télécharger •

separateur

Zoom sur... Le style Yang Chengfu épée

Les armes se différencient les unes des autres par leur forme et leur conception.
Une épée légère et souple, rend votre technique légère et souple. Le besoin de cette légèreté se reflète dans le nom de certaines postures. Plus de 40 se réfèrent à des créatures volantes, au vent ou au ciel. Nous devons brandir l’épée comme si nous suivions les mouvements des guêpes, des hirondelles, des oies et des feuilles qui tombent… Nous devons "enlacer la lune", ou vouloir la chasser comme si elle était une étoile filante ou une comète.

Et si nous sommes capables de coordonner notre technique avec notre corps,
alors nous aurons l’esprit du "Dragon errant dans le ciel".

Le sabre au contraire est lourd et fort, incurvé et efficace surtout pour trancher. Son esprit rappelle le "Tigre qui marche dans la montagne" ou encore le "Lion rugissant".
Les pompons et les drapeaux sur les armes sont des décorations. Ils sont là pour embellir l’arme et équilibrer l’énergie. Autrefois , le pompon lui-même servait à attaquer (l’épée au long pompon, ou le pompon servait d’un fouet). Les pompons et les drapeaux suivent le mouvement de l’épée ou du sabre, stimulent le pratiquant et en même temps distraient l’attention des opposants. Ils sont une aide dans la recherche de l’équilibre et de la maitrise de l’arme.

Il est recommandé de pratiquer d’abord les techniques a mains nues. En effet, les jeux de jambes, la forme du corps et la coordination de la forme à main nue sont fondamentalement les mêmes que celles de la forme d’arme. Si l'on apprend d’abord la forme à main nue, alors il sera plus facile d’apprendre les armes.

Les photos du style Yang Chengfu épée

separateur

Tai Chi Kung Fu Fan

Zoom sur... Le Tai Chi Kung Fu Fan

tai chi kung fu fan

La forme Tai Chi Kung Fu Fan 52 a été créé par le Maître Li Deyin, considéré en Chine comme un "trésor National ". L’enchainement a été conçu et démontré publiquement en Février 2001 à Pékin en tant qu’un soutien à la candidature pour les Jeux olympiques de Beijing en 2008. Depuis lors, la popularité de cet enchainement ne cesse de grandir. Des milliers de personnes la pratiquent à la fois en Chine, au Japon, en Australie, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Europe.
Cette forme combine des mouvements de Tai Chi Chuan, de Kung Fu Wushu ainsi que de l'opéra de Pékin. Une musique a d'ailleurs été créée spécialement pour l’accompagner.
Les gestes sont gracieux, plein de dynamisme, ils permettent l’entretien de notre équilibre. Le souffle élève notre esprit… La joie de vivre…

éventail école esthétique éventail école esthétique éventail école esthétique